Advertisment

Tim Cook publie une lettre ouverte aux clients et parle de l'affaire San Bernardino


Tim Cook publie une lettre ouverte aux clients et parle de l'affaire San Bernardino

Tim Cook a publié une lettre ouverte concernant la demande de porte dérobée iOS du gouvernement. La lettre qui contient plus de 1000 mots revendique la position d'Apple en termes de sécurité et de confidentialité. Ils ne peuvent pas créer de porte dérobée car cela ne peut que créer des failles de sécurité pour les autres bons clients. Tim Cook a demandé au gouvernement de comprendre le risque de leur demande.

Vous pouvez lire la lettre complète ci-dessous.

-
Un message à nos clients

Le gouvernement des États-Unis a exigé qu'Apple prenne une mesure sans précédent qui menace la sécurité de nos clients. Nous nous opposons à cet ordre, qui a des implications bien au-delà du cas juridique en question.

Ce moment appelle un débat public, et nous voulons que nos clients et les gens du pays comprennent ce qui est en jeu.

Le besoin de chiffrement

Les smartphones, menés par l'iPhone, sont devenus une partie essentielle de notre vie. Les gens les utilisent pour stocker une quantité incroyable d'informations personnelles, de nos conversations privées à nos photos, notre musique, nos notes, nos calendriers et contacts, nos informations financières et nos données de santé, même là où nous sommes allés et où nous allons.

Toutes ces informations doivent être protégées des pirates et des criminels qui veulent y accéder, les voler et les utiliser à notre insu ou sans notre permission. Les clients s'attendent à ce qu'Apple et les autres entreprises technologiques fassent tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger leurs informations personnelles, et chez Apple, nous nous engageons profondément à protéger leurs données.

La compromission de la sécurité de nos informations personnelles peut en fin de compte mettre notre sécurité personnelle en danger. C'est pourquoi le cryptage est devenu si important pour nous tous.

Depuis de nombreuses années, nous utilisons le cryptage pour protéger les données personnelles de nos clients, car nous pensons que c'est le seul moyen de protéger leurs informations. Nous avons même mis ces données hors de notre portée, car nous pensons que le contenu de votre iPhone ne nous concerne pas.

L'affaire San Bernardino

Nous avons été choqués et scandalisés par l’acte terroriste meurtrier de San Bernardino en décembre dernier. Nous pleurons la perte de vies humaines et voulons justice pour tous ceux dont la vie a été affectée. Le FBI nous a demandé de l'aide dans les jours qui ont suivi l'attaque, et nous avons travaillé dur pour soutenir les efforts du gouvernement pour résoudre ce crime horrible. Nous n'avons aucune sympathie pour les terroristes.

Lorsque le FBI a demandé des données en notre possession, nous les avons fournies. Apple se conforme aux assignations à comparaître et aux mandats de perquisition valides, comme nous l'avons fait dans l'affaire San Bernardino. Nous avons également mis à disposition des ingénieurs Apple pour conseiller le FBI, et nous avons proposé nos meilleures idées sur un certain nombre d'options d'enquête à leur disposition.

Nous avons un grand respect pour les professionnels du FBI et nous pensons que leurs intentions sont bonnes. Jusqu'à présent, nous avons fait tout ce qui est à la fois en notre pouvoir et dans le cadre de la loi pour les aider. Mais maintenant, le gouvernement américain nous a demandé quelque chose que nous n'avons tout simplement pas, et quelque chose que nous considérons trop dangereux à créer. Ils nous ont demandé de construire une porte dérobée vers l'iPhone.

Plus précisément, le FBI souhaite que nous fassions une nouvelle version du système d'exploitation de l'iPhone, contournant plusieurs fonctionnalités de sécurité importantes, et l'installions sur un iPhone récupéré lors de l'enquête. Entre de mauvaises mains, ce logiciel - qui n'existe pas aujourd'hui - aurait le potentiel de déverrouiller n'importe quel iPhone en possession physique de quelqu'un.

Le FBI peut utiliser des mots différents pour décrire cet outil, mais ne vous y trompez pas: construire une version d'iOS qui contourne la sécurité de cette manière créerait indéniablement une porte dérobée. Et bien que le gouvernement puisse faire valoir que son utilisation serait limitée à ce cas, il n'y a aucun moyen de garantir un tel contrôle.

La menace pour la sécurité des données

Certains diront que la création d'une porte dérobée pour un seul iPhone est une solution simple et nette. Mais il ignore à la fois les bases de la sécurité numérique et l'importance de ce que le gouvernement exige dans ce cas.

Dans le monde numérique d'aujourd'hui, la «clé» d'un système crypté est une information qui déverrouille les données, et elle n'est aussi sûre que les protections qui l'entourent. Une fois que les informations sont connues ou qu'un moyen de contourner le code est révélé, le cryptage peut être vaincu par toute personne ayant cette connaissance.

Le gouvernement suggère que cet outil ne pourrait être utilisé qu'une seule fois, sur un seul téléphone. Mais ce n'est tout simplement pas vrai. Une fois créée, la technique pourrait être utilisée encore et encore, sur n'importe quel nombre d'appareils. Dans le monde physique, ce serait l'équivalent d'une clé principale, capable d'ouvrir des centaines de millions de serrures - des restaurants et des banques aux magasins et aux maisons. Aucune personne raisonnable ne trouverait cela acceptable.

Le gouvernement demande à Apple de pirater nos propres utilisateurs et de saper des décennies de progrès en matière de sécurité qui protègent nos clients - y compris des dizaines de millions de citoyens américains - contre les pirates et les cybercriminels sophistiqués. Les mêmes ingénieurs qui ont intégré un cryptage fort dans l'iPhone pour protéger nos utilisateurs seraient, ironiquement, condamnés à affaiblir ces protections et à rendre nos utilisateurs moins sûrs.

Nous ne pouvons trouver aucun précédent pour qu'une entreprise américaine soit contrainte d'exposer ses clients à un plus grand risque d'attaque. Depuis des années, les cryptologues et les experts en sécurité nationale mettent en garde contre l'affaiblissement du cryptage. Cela ne nuirait qu'aux citoyens bien intentionnés et respectueux des lois qui comptent sur des entreprises comme Apple pour protéger leurs données. Les criminels et les mauvais acteurs continueront de chiffrer, en utilisant des outils qui leur sont facilement accessibles.

Un dangereux précédent

Plutôt que de demander une action législative par le biais du Congrès, le FBI propose une utilisation sans précédent de la loi All Writs Act de 1789 pour justifier un élargissement de son autorité.

Le gouvernement nous demanderait de supprimer les fonctions de sécurité et d'ajouter de nouvelles capacités au système d'exploitation, ce qui permettrait de saisir un code d'accès électroniquement. Cela faciliterait le déverrouillage d'un iPhone par «force brute», en essayant des milliers ou des millions de combinaisons avec la vitesse d'un ordinateur moderne.

Les implications des demandes du gouvernement sont effrayantes. Si le gouvernement peut utiliser la loi All Writs Act pour faciliter le déverrouillage de votre iPhone, il aurait le pouvoir d'accéder à l'appareil de n'importe qui pour capturer ses données. Le gouvernement pourrait prolonger cette violation de la vie privée et exiger qu'Apple conçoive un logiciel de surveillance pour intercepter vos messages, accéder à vos dossiers de santé ou à vos données financières, suivre votre emplacement ou même accéder au microphone ou à la caméra de votre téléphone à votre insu.

Nous ne prenons pas à la légère nous opposer à cet ordre. Nous pensons que nous devons nous prononcer face à ce que nous considérons comme une action excessive du gouvernement américain.

Nous contestons les demandes du FBI avec le plus profond respect de la démocratie américaine et l'amour de notre pays. Nous pensons qu’il serait dans l’intérêt de chacun de prendre du recul et d’en examiner les implications.

Même si nous pensons que les intentions du FBI sont bonnes, il serait erroné que le gouvernement nous oblige à créer une porte dérobée dans nos produits. Et en fin de compte, nous craignons que cette demande ne porte atteinte aux libertés et libertés mêmes que notre gouvernement est censé protéger.

Tim Cook

Source

Advertisment

Advertisment

Obtenez plus de trucs comme ça
dans votre boîte de réception

Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des produits intéressants et des mises à jour dans votre boîte de réception.

Merci de vous être abonné.

Quelque chose a mal tourné.

Advertisment

Bienvenue chez Technobezz

Installer l'application
×