Que fera la NASA si un astronaute meurt dans l'espace? VIDÉO


Les missions spatiales ont toujours impliqué un risque très élevé, même Neil Armstrong et les autres astronautes d'Apollo étaient prêts à mourir sur le chemin de la Lune.

Une mission sur Mars nécessiterait plusieurs mois pour y arriver. Les astronautes ne passent que six mois à la Station spatiale internationale, où ils sont soigneusement examinés. Personne n'est jamais mort là-bas, et maintenant la NASA se concentre davantage sur des réponses appropriées par rapport à ce risque.

Dans un récent épisode de StarTalk Radio, le co-animateur Chuck Nice a demandé à l'astronaute Mike Massimino si la NASA avait une sorte de protocole pour ramener un astronaute qui meurt dans l'espace. Bien qu'il n'y ait pas de rituel spécifique, les astronautes pratiquent des scénarios extrêmes.

Dans son livre, Guide pour la vie sur Terre un astronaute, Chris Hadfield explique un exercice nommé «death sim», créé pour préparer les astronautes à réagir en cas de décès d'un de leurs collègues. La NASA a déjà des plans pour des missions complexes et à long terme sur Mars et des entreprises privées comme SpaceX et Mars One prévoient d'installer des colonies sur la planète rouge. De toute évidence, comme indiqué précédemment, les risques sont énormes.

Apparemment, la solution la plus simple serait de libérer le corps dans l'espace, mais les lois l'interdisent. En revanche, ce n'est pas une bonne idée de garder le cadavre à bord, car la santé mentale de l'équipage serait en danger. La NASA a trouvé une idée intermédiaire. Grâce à une collaboration avec Promessa, l'idée Body Back est née. Body Back implique un sac de couchage hermétique dans lequel un cadavre humain est zippé puis exposé aux températures glaciales de l'espace pour se désintégrer progressivement.

La mort est un sujet délicat, mais pour les vols spatiaux à long terme, elle doit être traitée comme un problème de coût et un problème de praticité. La vidéo ci-dessus, intitulée poétiquement «Si je meurs sur Mars», montre qu'une méthode appropriée pour réagir à la mort dans l'espace reste à trouver.